gnb content footer

home

Sur la Corée

La vie en Corée

Fêtes et cérémonies

Fêtes et cérémonies

Fêtes et cérémonies

Fêtes traditionnelles

Jusqu’au début du 20e siècle, l’économie principale du pays a été l’agriculture qui a été pratiquée selon le calendrier lunaire. Ainsi il y avait plusieurs fêtes et rites exécutés dans le but d’avoir de bonnes récoltes. Ces fêtes traditionnelles, basées sur les croyances folkloriques et le calendrier lunaire, continuent jusqu’à aujourd’hui. Par exemple, les Coréens célèbrent le nouvel an selon le calendrier lunaire, appelé Seollal. A cette occasion les Coréens mangent une soupe à base de pâtes de riz nommée tteokguk, qui signifie aussi prendre un an de plus. Les jeunes, en particulier, saluent les anciens en souhaitant leurs meilleurs voeux par une révérence confucéenne, le sebae. Selon la coutume, les personnes âgées qui les reçoivent sont censées donner de l’argent de poche.

Korean_Life_Festival_01.jpg

Sebae
Les jeunes saluent au 1er janvier lunaire les personnes âgées en souhaitant leurs meilleurs voeux par une révérence confucéenne, le sebae.


 Chuseok. Façonnage
de songpyeon  
Una familia reunida en
A Chuseok (jour d'action
de grâce), une famille
est en train de façonner
des songpyeon, gâteaux
de riz en forme de demilune,
fourrés de divers
ingrédients.

Chuseok. Façonnage de songpyeon
Una familia reunida en A Chuseok (jour d'action de grâce), une famille est en train de façonner des songpyeon, gâteaux de riz en forme de demilune, fourrés de divers ingrédients.



Rites de passage

Les parents coréens célèbrent spécialement les cent jours après la naissance du bébé et son premier anniversaire. A cette occasion, son entourage prie pour sa longévité, sa bonne fortune et son succès dans la vie. Il y a une tradition d’offrir une bague en or pour le bébé à son anniversaire d’un an.
La cérémonie du mariage est l’un des événements les plus importants de la vie en Corée. Avant le 20e siècle, la tradition voulait qu’avant le mariage les femmes et les hommes non mariés ne puissent rester ensemble dans un même lieu. Ainsi c’était par les parents ou la marieuse que la procédure du mariage se réalisait. Mais aujourd’hui femmes et hommes se rencontrent librement et se marient sur leur propres décisions. Le saju, qui signifie les quatre piliers, basés sur l’heure, la date, le mois et l’année à laquelle vous êtes né, avait une valeur très importante dans le passé, valeur qui n’a pas disparu. De ce fait, même aujourd’hui certaines personnes consultent un devin pour le nouvel an ou avant le mariage.

Traditional Wedding. The traditional Korean wedding ceremony largely consists of three stages: Jeonallye, in which the groom visits the bride’s family with a wooden goose; Gyobaerye, in which bride and groom exchange ceremonious bows; and Hapgeullye, where the marrying couple share a cup of wine. The photo shows a bride and groom exchanging ceremonious bows during the Gyobaerye stage of their wedding ceremony.

Mariage traditionnel
La procédure d’un mariage traditionnel commence par le jeonallye où le marié va chez la mariée et lui offre un canard en bois. Puis, la mariée et le marié se saluent par révérence (gyobaerye), et enfin ils partagent un verre d’alcool de riz, ce qui signifie l’union du couple. Cette photo est la scène de gyobaerye où la mariée et le marié se font une révérence devant la table de la cérémonie de mariage.


Autrefois, le mariage était une fête pour l’ensemble du village. La mariée portait le hwarot, la robe de mariage traditionnelle et le marié les samogwandae, les habits portés par les dignitaires. De nos jours, le mariage a lieu de manière occidentale : la mariée porte une robe blanche et le marié un smoking. Mais les coutumes d’antant telles que le pyebaek, la cérémonie où la mariée salue pour la première fois ses beaux parents, et l’ibaji, l’offre des mets que la famille de la mariée envoie comme cadeaux pour la famille du marié, sont toujours pratiquées. En Corée quand le bébé est né, il a déjà 1 an en considérant le temps passé dans le ventre de sa maman. Et, quand une personne a atteint 61 ans à l’âge coréen, ses enfants organisent habituellement un banquet afin de fêter cette occasion. Ce rite, qui s’appelle hwangab, signifie un retour à l’année de sa naissance : gab est l’unité ancienne du cycle de vie qui atteint 60 ans. Donc, quand une personne avait vécu 60 ans cela voulait dire qu’elle avait compris l’ordre de la grande nature. Mais aujourd’hui avec une espérance de vie moyenne qui va jusqu’à 80 ans, on pratique moins la fête du 60e anniversaire, mais davantage celui du 70e.

Fêtes nationales

Il y a 5 fêtes nationales principales en Corée. Le jour du Mouvement d’indépendance commémore la Déclaration d’indépendance proclamée au 1er mars 1919 contre l’occupation japonaise. Le 17 juillet est le jour où l’on célèbre la promulgation de la Constitution de 1948. Le 15 août est le jour de la Libération pour commémorer la reddition des Japonais aux Alliés et la libération de la Corée en 1945. Le jour de Fondation (le 3 octobre) commémore la fondation de la nation coréenne en 2333 av. J.-C. par le légendaire dieu-roi Dangun. La Journée du hangeul (l’alphabet coréen) est le jour de célébration pour la création du hangeul, proclamé le 9 octobre 1446. A l’exception du jour de la Constitution, ces jours sont officiellement des jours fériés.

0303yj-1.jpg

Les jours fériés en Corée du Sud



Jour férié

Le premier jour de l’année est officiellement un jour férié. Après, il y a le nouvel an lunaire et Chuseok (le 15 août selon le calendrier lunaire) où la veille et le lendemain sont aussi des jours fériés. La fête des enfants (5 mai), le jour commémoratif (6 juin) et Noël (25 décembre) en en font partie. Les jours fériés officiels de la Corée comptent 15 jours au total y compris 4 jours de fêtes nationales.

Service apparenté Division des contenus et de la communication internationale,  Contactez-nous