gnb content footer

home

Sur la Corée

Tourisme

Loisirs au naturel

Loisirs au naturel

Loisirs au naturel

Le mont Jirisan

 Le mont Jirisan est la montagne la plus haute et la plus étendue de Corée du Sud continentale. Il offre un panorama splendide avec ses nombreux pics pittoresques dont le Cheonwangbong qui culmine à 1 915m, le Nogodan et le Banyabong. Son paysage de crêtes et de vallées s’étend sur 40km d'est en ouest. Cette montagne s’étend sur trois provinces, Jeollanam-do, Jeollabuk-do et Gyeongsangnam-do, et ses forêts représentent 20% des ressources forestières de Corée. Il a été officiellement désigné comme le premier parc national de Corée (1967).

A spring view of Jirisan Mountain (top), Waterfall at Seoraksan Mountain (Sokcho, Gangwon) (left bottom), Landscape of Seoraksan Mountain (Sokcho, Gangwon)

1. Le mont Jirisan au printemps
2. Cascade sur le mont Seoraksan, Sokcho, Gangwon-do.
3. Paysage de Seoraksan, Sokcho, Gangwon-do. (Source : Service des parcs nationaux de Corée)
(Source : Service des parcs nationaux de Corée)



 Situé à l’extrême sud du Baekdu Daegan, une grande chaîne montagneuse qui forme l'épine dorsale de la péninsule coréenne, le Jirisan s’étend sur toute la Corée, du mont Baekdusan à l’extrême nord du pays jusqu’au sud dont il caractérise la géographie. Ce mont majestueux aux forêts denses est l’habitat naturel d’espèces rares de la faune et de la flore comme le porte-musc de Sibérie, le goral de Corée, le bouleau d’Asie et l’azalée royale.
 Les principales crêtes qui vont du Cheonwangbong, le pic le plus élevé à l'est, jusqu’au Nogodan à l'ouest, forment des vallées profondes où quelques-uns des plus grandes fleuves de Corée comme le Nakdonggang, le Seomjingang et le Namgang entre autres, puisent leur source. Certaines de ces vallées abritent des forêts luxuriantes aux vues magnifiques, en particulier les forêts de Piagol et de Baemsagol, qui attirent tous les ans plus de deux millions de randonneurs.
 Le mont Jirisan est l’habitat naturel d’une grande diversité d’espèces animales et végétales qui reflètent l’équilibre écologique de cette montagne, et notamment des animaux en voie de disparition comme le porte-musc de Sibérie, le goral de Corée, et quelques-unes des plus grandes attractions naturelles de Corée comme l’immense colonie d'azalées royales qui recouvre le plateau de Seseok Pyeongjeon, l'ancienne forêt dense de Piagol, les arbres âgés dégarnis par le vent éparpillés autour des cimes offrant ainsi la vision d’un paysage étrange et irréel. Ce patrimoine naturel inestimable recèle quelques-uns des biens culturels les plus précieux de la Corée, notamment les temples bouddhistes historiques qui regorgent de nombreux trésors historiques et culturels.

Le mont Seoraksan

 Troisième plus haute montagne de Corée du Sud après Hallasan et Jirisan, le mont Seoraksan est situé au centre de la grande chaîne montagneuse du Baekdu Daegan, qui forme l'épine dorsale de la péninsule coréenne, avec son plus haut sommet, le pic Daecheongbong (1 708m) qui surplombe toute la côte est de la Corée. Ses sommets escarpés, ses falaises aux formes grotesques et ses vallées profondes aux eaux cristallines l'ont fait comparer à Geumgangsan, la «Montagne de diamant» dans le Nord, depuis longtemps admirée comme la montagne aux vues époustouflantes de Corée. Le mont Seoraksan s’étend sur une vaste zone au centreest de la péninsule coréenne, divisée en trois parties, Oeseorak («la montagne enneigée extérieure») à l'est du pic de Daecheongbong, Naeseorak («la montagne enneigée intérieure») à l’ouest, et Namseorak («la montagne enneigée du Sud») où l’on trouve les célèbres eaux thermales d’Osaek. Par ailleurs, c’est là-même que la rivière Namdaecheon prend sa source. Elle traverse la région de Yangyang pour se jeter dans la mer de l’Est. Les rivières Bukhangang et Soyanggang coulent en direction de l’ouest pour se jeter dans le fleuve Hangang, qui traverse Séoul.
 Le mont Seoraksan abrite nombre d’espèces locales ou menacées telles que la truite de Mandchourie, le cyprinoïde de Corée, la campanule diamant (geumgang chorong) et l’edelweiss. La montagne a été aménagée en Parc national en 1970 et a été inscrite en 1970 au réseau mondial des réserves de biosphère par l’UNESCO. Elle abrite, par ailleurs, de nombreux témoignages du patrimoine historique, culturel et naturel, parmi lesquels des temples bouddhistes tels que les Baekdamsa, Sinheungsa et le Bongjeongam, qui est l’un des cinq temples abritant les reliques de Shakyamuni, le Bouddha historique, le rocher Heundeulbawi et le rocher Ulsanbawi, une falaise majestueuse de 873 mètres.
 Le mont Seoraksan est célèbre pour ses paysages d'une beauté à couper le souffle formés par ses sommets, ses vallées encaissées, ses rochers aux formes grotesques et ses temples bouddhistes qui attirent tous les ans des millions de randonneurs venant de tout le pays. En même temps, Seorak-dong, une ville touristique située au pied de la montagne et y donnant accès, offre de nombreuses possibilités d’hébergement et de centres de loisirs constituant un environnement propice pour les touristes et les randonneurs. Le tourisme à Seoraksan est typiquement associé à la présence de l’Observatoire de l’unification de Goseong, situé à l’intérieur de la zone démilitarisée et de la côte est.

Monts Namsan et Bukhansan

A nighttime view of N Seoul Tower and an octagonal pavilion at Namsan Mountain

Vue nocturne de la Tour N de Séoul et d’un pavillon octogonal à Namsan (à droite)



 Namsan, un sommet de 262 mètres situé au coeur de Séoul, recèle un grand nombre de sentiers de randonnée appréciés de longue date par les habitants de Séoul. La montagne est recouverte de nombreux arbres apportant beaucoup d’air frais et de nombreuses fleurs pendant toute l’année. Le chemin jusqu’au sommet nécessite habituellement près d’une heure de marche en empruntant l’un des différents itinéraires, même s’il reste possible de prendre le téléphérique. Le sommet de la montagne comporte plusieurs points de vue exceptionnels surplombant le centre de Séoul, y compris la Tour N de Séoul (ou Tour Namsan), l’une des attractions les plus appréciées de Séoul, où les visiteurs peuvent contempler un panorama exceptionnel de Séoul et, si la météo est favorable, Incheon et la côte de la mer l’ouest, ainsi qu’une balise historique utilisée pour les communications longue distance au cours de la période Joseon (1392-1910). Plusieurs institutions culturelles telles que le théâtre national de Corée, la bibliothèque municipale de Séoul et le village Hanok de Namsangol sont situées au pied de la montagne. Le parc national Bukhansan dans les quartiers nord de Séoul offre également des lieux populaires pour différentes activités de plein air telles que la randonnée et l’escalade, en particulier.

Rivières de Corée

 Deux importants cours d’eau prenant leur source dans la région montagneuse du centre-est de la péninsule coréenne se rejoignent pour donner naissance au Hangang, ou fleuve Han, qui traverse Séoul avant de se jeter dans la Mer de l'Ouest à l’ouest. Les rivières ont fourni de l’eau à l’ensemble des champs et des usines dans la capitale et dans ses environs ainsi que de l’eau potable à plusieurs villes dans cette zone, parmi lesquelles Séoul. Les rivières sont aménagées avec plusieurs barrages destinés notamment au contrôle des inondations et à la production d’électricité.
 Le Nakdonggang est le plus long fleuve de la péninsule coréenne : il parcourt 520km à travers Gyeongsangbuk-do et Gyeongsangnam-do avant de se jeter dans la mer du Sud. Son estuaire est formé par l’Eulsukdo, un large delta aux roseaux abondants, formant la plus importante réserve d’oiseaux d’Asie. Le Geumgang et le Yeongsangang sont d’autres rivières importantes. Elles alimentent en eau le plus grand grenier du Sud-Ouest. Les rivières Imjingang, Mangyeonggang et Seomjingang constituent, par ailleurs, d’importantes sources d’eau pour le reste de la Corée.

(From left) Rock climbing at Bukhansan Mountain, A view of the setting sun over Yeongsangang River, the main source of water for the southwest of Korea, Seongsan Ilchulbong Tuff Cone: One of many parasitic cones scattered around Jeju, Baengnokdam Crater Lake of Hallasan Mountain: A cauldron-shaped volcanic crater (111m in depth and 1,720m in circumference) atop Hallasan Mountain

1. Cascade de Soseung sur le mont Seoraksan et un paysage de Seoraksan,- Sokcho,Gangwon-do.
2. Une vue du soleil couchant sur la rivière Yeongsangang-la principale source d’eau pour le Sud-Ouest de la Corée
3. Lac du cratère Baengnokdam du mont Hallasan- Cratère volcanique en forme de chaudron (11m de profondeur et 1 720 m de circonférence) au sommet du mont Hallasan
4. Cône de tuf Seongsan Ilchulbong- L’un des nombreux cônes parasites disséminés autour de Jeju
(Source : Service des parcs nationaux de Corée)



Île Jejudo

 Jejudo, la plus grande île de Corée (73km environ d’est en ouest, 31km du sud au nord), est située dans le détroit de Corée, au sudouest de la Corée continentale. L’île, de forme ovale, préserve un patrimoine culturel d’une grande richesse qui est différent de celui de la Corée continentale. Il s’agit également de la seule province de Corée dans laquelle les oranges poussent dans des conditions naturelles, apportant ainsi un revenu important pour de nombreux foyers depuis les années 1960. C’était une destination de lune de miel extrêmement populaire pour les Coréens continentaux pendant les années 1970-1980. Depuis, c’est devenu l’une des principales attractions touristiques, attirant des centaines de milliers de touristes des pays voisins, parmi lesquels le Japon et la Chine. En 2006, le gouvernement coréen, souhaitant faire de l’île de Jeju une zone de libre échange, lui a accordé le statut de province autonome spéciale. Elle est désormais un lieu très populaire pour les rencontres internationales, y compris les rencontres au sommet.
 Jejudo a été formée suite à une série d'éruptions volcaniques et est caractérisée par une topographie volcanique constituée de 368 oreum (cônes parasites) et près de 160 coulées de lave. Ce patrimoine naturel unique a donné lieu à l’inscription de l’île au réseau mondial des réserves de biosphère par l’UNESCO en 2002, à l’inventaire du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007 et au réseau mondial des parcs géologiques en 2010. La reconnaissance mondiale de Jejudo au patrimoine naturel vise à favoriser la promotion de la valeur de l’île, qui devient ainsi une destination touristique et l’un des atouts-clés de la Corée en matière d’environnement.
 Hallasan, un volcan éteint, s’élève du centre de Jejudo à une hauteur de 1 950 mètres, ce qui en fait ainsi l’un des plus hauts sommets de la Corée du Sud. La montagne abrite plus de 1 800 espèces de plantes alpines qui choisissent leur habitat en fonction de l’altitude et présentent une végétation d’une grande variété. La montagne est dans l’ensemble formée de basalte et comporte des versants abrupts sur sa face sud et plus doux côté nord. Elle comporte en son sommet un lac formé dans le cratère, le Baengnokdam, avec plus de 50 cônes parasites disséminés alentour.
 Le cône de tuf de Seongsan, l’Ilchulbong, situé à l’extrémité est de Jejudo, est probablement l’attraction touristique la plus populaire de l’île. Ce pic volcanique de 182 mètres évoque un immense amphithéâtre avec son centre profond en forme de cuvette, recouvert de roseaux et bordé de falaises rocheuses. De nombreux visiteurs comparent également ce site de célébration du lever du soleil, désormais classé monument naturel, à un château fortifié imprenable ou à une tiare élevée formant un cercle complet.
 Parmi les autres attractions clés reflétant les merveilles naturelles de Jeju figurent la grotte Yongcheondonggul, située à Woljeong-ri, Gujwa-eup, qui combine de façon exceptionnelle les caractéristiques à la fois des grottes en calcaire et des tunnels de lave, les grottes en calcaire d’Hyeopjae et de Pyoseon et les forêts de Gotjawal, qui se sont formées dans les zones rocheuses résultant d’une éruption volcanique. Ces forêts offrent un habitat naturel unique pour les plantes rares, dont quelques-unes sont adaptées aux climats froids alors que d’autres sont typiques des zones tropicales ou subtropicales. Ces forêts intactes et densément boisées sont souvent appelées les «poumons de Jeju».
 Situé sur la côte sud, à Seogwipo, le complexe touristique de Jungmun s’enorgueillit de nombreux lieux et équipements fascinants pour de nombreuses activités de plein air, parmi lesquelles la natation et les bains de soleil, le golf, l’équitation et la chasse, des hôtels de renommée mondiale et des attractions naturelles enchanteresses telles que les cascades à trois niveaux de Cheonjeyeon et les colonnes jointives côtières. Une nouvelle attraction a récemment été ajoutée à la liste déjà longue lors de l’ouverture en juillet 2012 du plus grand aquarium d’Asie, l’Aqua Planet, sur la plage Seopjikoji à Seongsan-eup.
 L’une des principales attractions de l‘île, le sentier Jeju Olle, aménagé récemment, comprend une série de sentiers naturels le long de la côte, offrant aux randonneurs le spectacle fascinant de Jeju, des villages traditionnels ainsi que des champs enclos ou séparés par des murets en basalte, des bords de mer où des pêcheuses âgées (haenyeo, «femmes de la mer») plongent pour recueillir des fruits de mer, et le souffle du vent faisant onduler les champs d’herbes hautes (Jeju est connu comme Samdado, littéralement «île des trois abondances», soit les pierres, les femmes et le vent).
 Jejudo est renommée pour ses nombreux produits agricoles et halieutiques tels que le cactus palmier (Opuntia ficusindica), également appelé baengnyeoncho (plante centenaire), qui a récemment surpris les scientifiques du monde pour ses extraordinaires bienfaits pour la santé humaine. Pour certains touristes coréens, Jeju est remarquable en raison de sa juridiction sur la partie la plus au sud du territoire coréen, une petite île nommée Marado située à près de 10km de sa côte sud-ouest, et Ieodo, un rocher immergé de 4,6 mètres au-dessous du niveau de la mer, situé à 149km au sud-ouest de Marado, à l’emplacement de la station de recherche océanique d’Ieodo.

Dodong Port in Ulleungdo (top): A volcanic island lying in the East Sea and Dokdo (Ulleung, Gyeongsangbuk-do): Dokdo consists of two rocky islets, Dongdo and Seodo, situated about 150 meters apart, and 89 rocky outcrops around them.

1. Port de Dodong à Ulleungdo, une île volcanique située dans la mer de l’Est 2. Dokdo (Ulleung, Gyeongsangbuk-do) Dokdo comporte deux îlots rocheux, Dongdo et Seodo, situés à près de 150m l'un de l’autre, et 89 affleurements rocheux. 3. Hallyeosudo Premier parc marin de Corée célèbre pour ses paysages marins spectaculaires, résultat de la présence de nombreuses îles de différentes tailles flottant dans les eaux bleues.



Îles Ulleungdo et Dokdo

 Située à environ 130km à l’est de la péninsule coréenne, Ulleungdo est une île volcanique de près de 72km² bordée de falaises rocheuses escarpées et surmontée d’un bassin (nommé bassin Nari). Elle est associée historiquement à un groupe d’îlots rocheux nommés Dokdo, situés à 87,4km de sa côte sud-est, et formant ainsi la partie la plus orientale du territoire coréen. Désormais gardée par les garde-côtes, Dokdo comporte deux grands îlots rocheux et quatre-vingt neuf petits rochers et accueille soixantedix espèces végétales même si la plupart des îlots sont arides. Elle a été retenue pour abriter en 1982 la zone de nidification d’oiseaux de Dokdo et a été désignée comme monument naturel n° 336 puis zone de protection de Dokdo en 1999.

Hallyeosudo (parc marin national de Hallyeohaesang)

 La zone des bords de mer de Yeosu, Jeollanam-do, jusqu’à Hansando, Gyeongsangnam-do, a été louée de longue date pour ses paysages marins d’une beauté à couper le souffle caractérisés par des eaux d’un bleu intense, des îles de toutes les tailles, des falaises rocheuses aux formes fantastiques et des littoraux spectaculaires. La zone est également connue pour être l’habitat de différentes espèces marines et est devenue le premier parc marin national en 1968.
 Yeosu, l’une des principales villes industrielles de Corée, dans laquelle s'est tenue l'Exposition mondiale de 2012, compte parmi les attractions touristiques les plus populaires du parc marin national telles que Odongdo, un îlot recouvert de camélias, de belles côtes et des sites historiques associés aux victoires de la flotte de la dynastie Joseon, sous le commandement de l’amiral Yi Sun-sin, contre les forces japonaises qui ont envahi la Corée en 1592. Une nouvelle attraction est venue s’ajouter en février 2013, avec l’ouverture du pont Yi Sun-sin, l’un des quatre plus grands ponts, reliant deux des plus grandes villes industrielles de la zone, Yeosu et Gwangyang.

Odongdo Camellia: Odongdo, a tiny islet just off Yeosu, has about 3,000 camellia trees that remain in bloom from October to mid-winter.

Camélia d’Odongdo Odongdo - un îlot près de Yeosu, abrite près de 3 000 camélias qui restent en fleurs d’octobre au milieu de l’hiver.



Isla Namiseom

 L’île Namiseon – située à 3,8km au sud de Gapyeong-gun, Gyeonggi-do, au centre d’un grand lac artificiel créé par le barrage de Cheongpyeong, construit en 1943 – est devenue une attraction touristique très importante auprès des fans de la Hallyu (Vague coréenne) en Asie grâce au succès spectaculaire de la série télévisée Sonate d’hiver, filmée en partie à cet endroit. L'île comporte de nombreux arbres parmi lesquelles le pin pignon coréen, le métaséquoïa, le bouleau blanc et le ginkgo, créant de nombreux sentiers naturels romantiques. Outre la randonnée, l’île offre aux visiteurs des lieux et des installations pour réaliser différentes activités intérieures et extérieures parmi lesquelles des parcours cyclistes, des galeries d’art, des musées, des ateliers d’artisanat, des bungalows et des campings.

Metasequoia Forest Walkway on Namiseom Island

Promenade de la forêt de métaséquoïas sur l’île Namiseom



Zone démilitarisée de Corée

La fin de la Guerre de Corée en 1953, suivie par la signature de l’Accord d’armistice de Corée, a abouti à la création de la Ligne de démarcation militaire (MDL) et de la Zone démilitarisée de Corée (DMZ), de près de 250km de long et de près de 4km de large, soit 2km côté sud et 2km côté nord. La partie occidentale de la DMZ comporte un village rural nommé Daeseongdong, plus connu sous le nom de « Village de la paix » chez les Coréens du Sud.
La partie occidentale de la DMZ contient également Panmunjeom, lieu de la signature de l’Accord d’armistice de Corée en 1953. Elle constitue la zone commune de sécurité (Joint Security Area, ou JSA) dans laquelle seules les unités armées dotées d’une autorisation émise par la Commission Militaire d’Armistice (MAC) sont autorisées à se rendre. L’interdiction d’accéder à la DMZ au cours des 60 dernières années a contribué à garder intact l’environnement, une qualité pour laquelle elle a attiré ces derniers temps l’intérêt des scientifiques et des personnes préservant l’environnement dans le monde entier.

Prayer ribbons tied to a barbed wire fence located between the DMZ and Freedom Bridge

Rubans de prière attachés à la barrière en fil barbelé entre la zone démilitarisée et le pont de la liberté.

Mots clefs

http://french.korea.net/AboutKorea/Tourism/Recreation-Nature

URL Copier

Service apparenté Division des contenus et de la communication internationale,  Contactez-nous