gnb content footer

Tribunes

Utiliser le drapeau du « soleil levant » aux Jeux olympiques de Tokyo fait plus de mal que de bien au Japon


Yuji Hosaka Professeur de l'Université de Sejong


L'intention du Japon d'utiliser le drapeau du « soleil levant » (un cercle représentant un soleil rouge accompagné de seize rayons) sur les lieux de compétition des Jeux olympiques d'été de Tokyo rallume le conflit entre la Corée et le Japon.


En Corée, s’élèvent des voix contre le drapeau japonais aux JO de Tokyo en raison de son symbole du militarisme japonais. Mais le gouvernement japonais et le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo affirment que « le drapeau du soleil levant a été largement utilisé au Japon », ce qui ravive plutôt la controverse.

La Corée s'inquiète du fait que le drapeau du soleil levant soit le drapeau officiel de l'armée japonaise depuis 1870. L'armée et la marine japonaises l'ont utilisé pour envahir d'autres pays. Pour cette raison, le drapeau est considéré comme la croix gammée nazie (Hakenkreuz en allemand).

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont traité de manière approfondie la gestion de l’Allemagne, mais celle du Japon a été menée de manière relativement vague par rapport à son cas. En particulier, le Commandant suprême des forces alliées (SCAP), dont le titre était détenu par le général américain Douglas MacArthur, a rejeté les demandes de la condamnation à mort de l’empereur japonais, déposées par certains pays, comme l’Australie. Au lieu de cela, l'empereur fut autorisé à vivre et à conserver son autorité pour gouverner sans heurts le peuple japonais.

Le SCAP de MacArthur a également rejeté les demandes des Alliés visant à supprimer le sanctuaire de Yasukuni, symbole du militarisme qui a amené le Japon à poursuivre la guerre. Les autorités militaires américaines n’ont que transformé le sanctuaire en une société religieuse ordinaire.

En raison de l'intensification de la guerre froide en Asie du Nord-Est et du déclenchement de la Guerre de Corée (1950-1953), le SCAP a inversé sa politique de démocratisation au Japon et a commencé à libérer des personnalités japonaises d'extrême droite, considérées comme similaires aux nazis en Allemagne. En effet, les États-Unis avaient besoin que le Japon soit une forteresse anti-communiste. Au cours de ce processus, le Japon n'a jamais reçu la sanction appropriée pour un pays coupable de crimes de guerre et aucune mesure n'a été prise contre le drapeau du soleil levant. Depuis lors, ce symbole est devenu le drapeau de la Force maritime d'autodéfense (JMSDF) du Japon.

Le drapeau du soleil levant a commencé à susciter la controverse en Corée dans les années 2000, lors de matchs de football entre les deux pays. Lorsque les Coréens ont vu des équipes japonaises applaudir sous le drapeau du soleil levant pour soutenir leur équipe nationale, ils ont commencé à le considérer comme une insulte envers la Corée et à le critiquer comme un symbole de l'ambition d'invasion du Japon. En conséquence, le drapeau a été interdit dans les stades de football pendant les matchs. Pourquoi les Japonais portent-ils ce drapeau, symbole d'invasion, dans des matchs de football qui n'ont rien à voir avec la politique ou l'armée? Les Coréens sont très en colère contre cela.

Quand le Japon attaqua la base américaine de Pearl Harbor et commença ainsi la guerre du Pacifique, le général Hideki Tojo était alors Premier ministre du Japon. Lors du procès des criminels de guerre à Tokyo après la guerre, 28 accusés ont été reconnus coupables et classés comme des criminels de guerre de classe A. Parmi eux, 16 appartenaient à l’armée de terre et trois à la marine. L’ancienne branche de l’armée japonaise était donc plus réputée pour les crimes de guerre que la dernière.

La Force d’autodéfense terrestre japonaise (JGSDF), inspirée de l’ancienne armée japonaise, était clairement consciente de la séparation de l’ancienne armée japonaise, qui dirigeait l’armée japonaise sur la guerre du Pacifique. L'utilisation d'un symbole en forme d'étoile était considérée comme un tabou inviolable dans la JGSDF. Ce geste implique une réflexion, bien qu'insuffisante, de la part de la JGSDF sur la guerre d'agression menée par le Japon.

La JMSDF, cependant, reste fortement liée à l’ancienne marine japonaise, probablement en raison de la forte implication de ses anciens membres.

La JMSDF conserve encore certaines traditions de l’ancienne marine japonaise, telles que l’utilisation du drapeau du soleil levant, ou l'interprétation de chansons militaires écrites pendant la guerre d'agression du Japon. Ce point a apparemment déclenché le problème.

L'utilisation du drapeau du soleil levant par les Forces japonaises d'autodéfense (JSDF) est régie par l'application de la loi de JSDF en vertu de l'article 9 de la Constitution japonaise. Changer le drapeau nécessiterait une révision de la loi, mais un tel amendement est apparemment impossible sous l'administration Abe, qui prétend que le Japon guidé par son empereur admirable a mené une guerre sans merci aux Anglo-Américains pour libérer l'Asie du colonialisme des Blancs.

La partie japonaise insiste sur le fait que le design du drapeau a été largement utilisé dans l'histoire. Ceci, cependant, est simplement une interprétation exagérée.

Après le début de la société de guerriers japonais au XIIe siècle, quelques guerriers de Kyushu utilisaient un motif similaire à celui du drapeau du soleil levant comme symbole militaire, mais dans l'ensemble, le drapeau n'était pas largement utilisé.

Depuis qu’il a été utilisé comme drapeau militaire, le drapeau du soleil levant a également une origine agressive. Ce drapeau a fourni un schéma général au Japon après 1870, lorsque l’ancienne armée japonaise a utilisé le schéma à seize rayons comme drapeau militaire. En 1889, l'ancienne marine japonaise a choisi pour son drapeau un autre dessin de soleil levant avec le soleil dans une position légèrement différente.

L’Allemagne, autre pays qui a commis des crimes de guerre, a toutefois interdit l’utilisation de la croix gammée nazie. Aujourd'hui, l'armée allemande utilise le symbole de la croix de fer, une tradition transmise par les chevaliers allemands depuis le XIIe siècle. L’Allemagne a pu exclure l’utilisation du drapeau nazi tout en protégeant son modèle traditionnel. Cela pourrait être dû au fait que le dessin de la croix de fer est internationalement reconnu comme un emblème général dans les régions chrétiennes. Pourtant, dire que le modèle du soleil levant est une tradition historiquement acceptée comme celle de la croix de fer n’est pas convaincant. En effet, au cours de l’histoire japonaise, seuls quelques guerriers, et non l’armée en général, ont utilisé ce motif comme symbole militaire.

En fin de compte, le problème tient au fait que permettre l’utilisation du drapeau du soleil levant à l’événement international des JO de Tokyo, est une provocation politique majeure.

L'allégation du Japon selon laquelle l'utilisation du drapeau du soleil levant lors des prochains Jeux olympiques n'est pas politique n'a donc aucun sens. Pourquoi Tokyo souhaite-t-il utiliser un drapeau qui symbolise l'agression, lors d'un événement sportif, suffisant pour causer des problèmes ?

Cela fera plus de mal que de bien au Japon.

Yuji Hosaka enseigne les sciences politiques à l'Université Sejong de Séoul. Coréen naturalisé d'origine japonaise, il est également directeur de l'Institut de recherche Dokdo.

Traduit par Jung Joo-ri, rédactrice de Korea.net

Liste

Service apparenté Division des contenus et de la communication internationale,  Contactez-nous