gnb content footer

Journaliste honoraire

Un nouveau lieu pour la culture coréenne à Paris !

le directeur du Centre culturel coréen accueille ses invités à l’inauguration des nouveaux locaux, au 20 rue de la Boétie, à Paris.

John Hae-Oung, directeur du Centre culturel coréen accueille ses invités à l’inauguration des nouveaux locaux, au 20 rue de la Boétie, à Paris.



Par la Journaliste Honoraire de Korea.net Myu-Ri de France, photos Myu-Ri

L'ouverture du nouveau Centre culturel coréen, rue de la Boétie, à Paris, est un événement fort pour la communauté française attachée à la culture sud-coréenne. En effet, depuis le 20 novembre dernier, c'est dans un nouvel espace, agrandi et magnifiquement restauré, que se tiendront désormais une grande partie des manifestations en lien avec le pays du Matin calme : expositions, concerts, cours de langue et de culture... Un nouveau lieu, symbole de continuité et de développement.

En « espérant que cette maison soit aussi la vôtre », le nouveau directeur du Centre culturel coréen, John Hae-Oung, a donné le ton des relations France-Corée. Des relations amicales, chaleureuses, à même de développer encore plus l'attractivité de la Corée du Sud auprès d'un public grandissant. De son côté, le ministre sud-coréen de la Culture, des sports et du tourisme, Park Yang-Woo, espère « qu’il ouvrira la voie à un nouveau champ de coopération entre la culture coréenne, les industries culturelles et le tourisme » et permettra de « redynamiser les échanges culturels entre nos deux pays ».



C’est dans un superbe hôtel particulier haussmannien de 3700 m², entièrement rénové par l’agence STUDIOS, que sont désormais installés le Centre culturel coréen, mais aussi l’Office national du tourisme coréen (ONTC) et l’Agence coréenne des contenus créatifs (KOCCA).

C’est dans un superbe hôtel particulier haussmannien de 3 700 m², entièrement rénové par l’agence STUDIOS, que sont désormais installés le Centre culturel coréen, mais aussi l’Office national du tourisme coréen (ONTC) et l’Agence coréenne des contenus créatifs (KOCCA).



Le public est venu nombreux assister à l'événement. On pouvait y croiser tous les férus de coréanologie, des universitaires, des artistes, des journalistes, des influenceurs, dont la journaliste honoraire Marie C. Palot, présentatrice télé, et désormais ambassadrice officielle du Centre culturel coréen.

Pour fêter en beauté cette ouverture tant attendue, la direction du Centre culturel coréen propose, en collaboration avec le Musée national folklorique de Corée, une exposition de grande envergure, qui se tiendra jusqu'en février 2020. Tekkal, couleurs de Corée, puisque c'est son nom, invite à découvrir la Corée du Sud à travers ses couleurs traditionnelles : le blanc, le noir, le rouge, le jaune et le bleu.



Sur deux étages, l’exposition Tekkal propose de décrypter la symbolique des couleurs en Corée du Sud.

Sur deux étages, l’exposition Tekkal propose de décrypter la symbolique des couleurs en Corée du Sud.



Les deux cents objets présentés sont tous issus de la vie quotidienne. Ainsi le blanc, qui représente l'harmonie entre la pureté et la paix, est particulièrement mis en valeur avec les vêtements traditionnels (hanbok) et la céramique. Le noir symbolise la sagesse et le renouvellement, comme nous le confirment ces coiffes que portaient les lettrés et les nobles de la dynastie Joseon. Le bleu marque l'avenir et la guérison, tandis que le rouge est à l'image de la passion et de la solidarité. Le jaune, enfin, caractérise la noblesse et l'autorité, c'est pourquoi on le retrouve souvent sur les vêtements royaux.



Chaque couleur a une signification propre, mise en valeur ici par la grande variété des objets et des œuvres d’art contemporaines présentés.

Chaque couleur a une signification propre, mise en valeur ici par la grande variété des objets et des œuvres d’art contemporaines présentés.



Masques et drapeaux des divinités des cinq points cardinaux.

Masques et drapeaux des divinités des cinq points cardinaux.



Cette très belle introduction à la culture sud-coréenne se double d'une exposition sur les webtoon, ces bandes dessinées pensées et réalisées pour les lecteurs connectés sur smartphone. Les séries à succès deviennent souvent des dramas, des séries télé. Tous ces médias participent d'ailleurs au phénomène de la hallyu, la vague coréenne qui touche enfin l'Occident, après avoir fait le bonheur de nos amis asiatiques.



Les bandes dessinées numériques sont très populaires en Corée du Sud, où plus de dix millions de personnes en lisent chaque jour.

Les bandes dessinées numériques sont très populaires en Corée du Sud, où plus de dix millions de personnes en lisent chaque jour.



Outre ces expositions temporaires, le Centre culturel coréen propose au rez-de-chaussée une superbe scénographie permanente autour de l'habitat, de la gastronomie et du hangeul, l'alphabet coréen, trois éléments représentatifs de la péninsule.



Dès l’entrée, le visiteur est immergé dans le raffinement de l’habitat traditionnel coréen.

Dès l’entrée, le visiteur est immergé dans le raffinement de l’habitat traditionnel coréen.



Une chronologie pour retracer l’histoire de la création et de l’usage du hangeul.

Une chronologie pour retracer l’histoire de la création et de l’usage du hangeul.



La semaine suivant l’ouverture officielle, et pendant trois jours, le Centre culturel et le Musée national folklorique ont organisé des ateliers d’initiation et de découverte de l’esthétique coréenne. Nous avons pu ainsi réaliser des gâteaux (tteok) en argile en utilisant des motifs traditionnels, et admirer la délicate simplicité du hanbok, grâce à une séance d’essayage haute en couleurs.



Beaucoup de participants aux ateliers culturels, en lien avec les pièces présentées dans l’exposition Tekkal.

Beaucoup de participants aux ateliers culturels, en lien avec les pièces présentées dans l’exposition Tekkal.



Le 8 décembre, pour compléter les festivités liées à l’inauguration du Centre culturel coréen, la Compagnie nationale de danse de Corée est venue présenter son spectacle emblématique Scent of Ink, sur les planches du Palais des Congrès, à Paris.

En tant qu'amie de la Corée, je me réjouis de l'ouverture de ce nouvel espace culturel et je lui souhaite de rayonner avec succès à Paris et dans la France entière. À tous, je vous invite à venir le visiter. La Corée du sud a tant à offrir, vous ne pourrez que vous réjouir de toutes ces belles découvertes !

* Cet article est rédigé par un journaliste honoraire de Korea.net. Notre groupe des journalistes honoraires est partout dans le monde, pour partager sa passion de la Corée du Sud à travers Korea.net.


etoilejr@korea.kr

Mots clefs

http://french.korea.net/NewsFocus/HonoraryReporters/view?articleId=180533

URL Copier

Liste

Service apparenté Division des contenus et de la communication internationale,  Contactez-nous